A831: le parti socialiste fait le grand écart

Je découvre avec stupéfaction qu’Anthony PITALIER, candidat PS aux élections régionales sur la liste vendéenne, considère que l’abandon de l’A831 est « un acte courageux et responsable ». Cette déclaration est scandaleuse, car elle fissure l’unité des élus locaux sur l’A831. Mais elle est aussi révélatrice de l’ambiguité du parti socialiste sur l’A 831. Non content de s’allier avec des personnalités comme Gilles TOUBLANC, adversaires acharnés de l’autoroute, Christophe CLERGEAU et Stéphane IBARRA ont choisi, dans les rangs mêmes des candidats socialistes, des élus hostiles à l’A 831. Les masques tombent. Le parti socialiste fait le grand écart sur ce sujet, en espérant contenter tout le monde, par pur calcul électoral. Comment Christophe CERGEAU peut-il assurer avoir tout fait pour sauver l’A 831 et donner sur sa liste un tel signal contre l’autoroute ? On savait déjà que la gauche n’arriverait pas à afficher une union crédible entre le PS et les Verts au second tour des régionales. On sait désormais que dès le premier tour, les socialistes se divisent entre eux sur des sujet essentiels pour nos emplois.