Agriculture : E. Macron et le Gouvernement doivent sortir de leur ambiguïté

Nos agriculteurs souffrent et la France ne peut pas continuer à sacrifier son agriculture sur l’autel de la mondialisation.
L’accord en préparation entre l’Union Européenne et le Mercosur aurait pour conséquence, s’il était ratifié en l’état d’accroître la concurrence déloyale dont sont victimes nos agricultures.

La France ne peut à la fois plaider pour une montée en gamme des produits agricoles français et dans le même temps accepter l’importation en France de viandes dont la production n’est pas soumise aux mêmes exigences de qualité.
Le Gouvernement ne peut pas à la fois organiser les états généraux de l’alimentation avec comme objectifs l’amélioration de la situation des agriculteurs et la baisse de l’utilisation des pesticides et en même temps, ouvrir nos frontières à des productions de qualité bien moindre, bien éloignée de ces normes.
J’ajoute qu’il y a un véritable contresens pour le Gouvernement à vouloir s’engager vers le « produire local » et à se dire préoccupé par l’empreinte carbone des productions et à organiser la venue du bout du monde de notre alimentation.
Mon soutien aux agriculteurs et particulièrement aux agriculteurs-éleveurs de Vendée est total. Emmanuel Macron et le Gouvernement doivent refuser un accord avec le Mercosur. Il en va de la survie de nombreuses exploitations. Je leur demande de refuser d’abandonner nos agriculteurs et de nos éleveurs au profit d’une logique qui ne respecte ni l’environnement , ni la qualité de l’alimentation.
Bruno RETAILLEAU