Bruno RETAILLEAU soutient les personnels pénitenciers en colère

Je me suis rendu ce matin à la prison de la Roche sur Yon pour rencontrer les personnels pénitenciers en colère. Je leur ai redit tout mon soutien dans la grave crise des prisons françaises qu’ils traversent et qui a conduit à l’agression par un détenu radicalisé de trois surveillants, la semaine dernière, au centre pénitencier de Vendin le Vieil.

En Vendée, nous n’avons pour l’instant aucun drame de ce type à déplorer même si la situation est explosive. La surpopulation carcérale est de 240%, ce qui constitue le record de France. Une situation aggravée par l’interdiction des fouilles systématiques, qui facilite la pratique devenue courante de jets d’objets depuis l’extérieur au dessus des murs de la prison, ce qui permet à certains détenus de faire passer dans leurs cellules des téléphones portables, des stupéfiants et même des couteaux en céramique. Nos prisons sont devenus de véritables gruyères !

Malheureusement, contrairement aux promesses d’Emmanuel Macron, le budget prévu pour la construction de nouvelles prisons ne permettra finalement la création que de 10 000 places supplémentaires contre les 15 000 qui sont nécessaires et qui avaient été promises.

Je rencontrerai prochainement Nicole Belloubet, la Garde des Sceaux, pour lui dire que la Vendée manque cruellement d’une nouvelle prison et que les engagements de ses prédécesseurs doivent être tenus. C’est une question de continuité de la parole de l’Etat, de sécurité de nos personnels pénitenciers et d’humanité dans le traitement des détenus.

Bruno RETAILLEAU