Notre-Dame-des-Landes : L’État de droit devra s’imposer.

Si le tribunal administratif suit les recommandations du rapporteur public, les recours contre Notre-Dame-des-Landes seront rejetés le 17 juillet prochain. La Justice aura alors tranché et l’Etat de droit devra donc s’imposer.

Dès le 17 juillet, le gouvernement aura le devoir de faire évacuer la ZAD et de relancer immédiatement le projet, y compris les dossiers liés à l’accessibilité de l’aéroport. C’est une nécessité économique, pour le développement et le rayonnement des Pays de la Loire. C’est aussi une nécessité politique, pour affirmer l’autorité de l’Etat, bafouée depuis trop longtemps à Notre-Dame-des-Landes.

Il serait scandaleux que Les Pays de la Loire continuent d’être plus longtemps la victime du renoncement à la croissance et le triste théâtre de l’impuissance publique.