La démission du général de Villiers est un signal inquiétant.

D’abord parce que le Président de la République reproche à ce grand soldat de s’être exprimé librement devant les députés. Emmanuel Macron interdit aux hauts fonctionnaires de dire la vérité devant la représentation nationale. Un encouragement aux mensonges pour l’avenir.

Ensuite parce l’attitude du Président de la République marque une fébrilité et un goût certain pour le pouvoir sans vis-à-vis. Il oublie que la confiance ne s’impose pas elle se gagne.

Enfin et surtout parce que la lutte contre les déficits ne devrait pas affaiblir la lutte contre nos ennemis. Il y a tant d’autres réformes structurelles à mener. Rogner le budget de l’armée et baisser notre garde alors que le monde est toujours plus dangereux et que le terrorisme est loin d’être éradiqué est une faute grave.

La brèche que vient d’ouvrir Emmanuel Macron est un tournant, celui du déclin de notre armée, celui d’une ambition et d’un rayonnement revus à la baisse pour notre pays.

Bruno RETAILLEAU