La déchéance de la nationalité est un sujet symbolique et grave.

Il est indispensable qu’un débat de fond ait lieu.

Le gouvernement ne peut pas reprocher au Sénat de ne pas régler les divergences qui se sont fait jour à l’Assemblée Nationale à gauche.

Le Sénat ne sera pas ce que souhaite le Premier Ministre, la variable d’ajustement d’un compromis qui n’aurait d’autre but que d’agglomérer à ce projet de révision constitutionnelle les voix dissonantes de la gauche qui ont conduit à la dénaturation de l’engagement du Président de la République à Versailles.

Bruno RETAILLEAU.