Lutte contre la drogue et l’alcool dans les lycées Réaction de Bruno Retailleau aux accusations de Jacques Auxiette

Jacques Auxiette me reproche de vouloir lutter contre les addictions dans les lycées en caricaturant mes propos. Je ne veux pas créer des brigades anti drogues, mais proposer à des jeunes en service civique que la Région les forme pour mener des actions de préventions dans les établissements.

Jacques Auxiette considère que le Conseil régional en fait bien assez.  Mais alors pourquoi notre région est-elle en tête de tous les classements des addictions des jeunes, pourquoi l’ensemble des addictologues tirent-ils la sonnette d’alarme, pourquoi les associations de parents d’élèves considèrent-elles qu’il s’agit d’un problème grave dans les lycées des Pays de la Loire ?

Ce déni de réalité de la part de la gauche est ahurissant. Il est également dangereux. Nier la réalité de ce fléau, c’est faire preuve d’une passivité coupable. Jacques Auxiette me fait penser à François Mitterrand qui disait qu’on avait tout essayé contre le chômage. Non, monsieur Auxiette, nous n’avons pas tout essayé contre la drogue et l’alcool ! 

Jacques Auxiette m’accuse enfin de faire le jeu de l’extrême-droite. Ces accusations politiciennes ne sont pas au niveau de Jacques Auxiette et pas à la hauteur de cet enjeu majeur de santé public. Les familles ligériennes qui subissent le drame de la drogue et de l’alcool chez leurs enfants se fichent bien de savoir si les solutions qu’on leur propose sont de droite ou de gauche !

Bruno RETAILLEAU