NDDL : j’invite Christophe Clergeau à faire désormais le choix de l’efficacité et de l’autorité.

Christophe Clergeau se targue de choisir la clarté sur Notre-Dame-des-Landes. Il était temps ! Car depuis six ans ce n’est pas la clarté qui a dominé au sein de la gauche régionale, mais le clair-obscur. Les socialistes ont en effet sciemment fragilisé le projet de Notre-Dame-des-Landes pour garantir leur alliance avec les Verts au soir du premier tour des dernières élections régionales.

Durant six ans, cette majorité de bric et de broc, incapable de présenter un front uni, n’a donc cessé de souffler le chaud et le froid sur ce dossier. Résultat : le PS a contribué à créer les conditions de l’anarchie, en offrant une tribune aux défenseurs des zadistes au sein même de la majorité régionale, ce qui a encouragé l’immobilisme du gouvernement.

Dans ce contexte, je comprends parfaitement que Christophe Clergeau ne souhaite pas faire de Notre-Dame-des-Landes un thème de campagne ! Et pourtant, si pour Christophe Clergeau l’aéroport du grand ouest n’est pas un sujet régional, alors on se demande bien quels sont les projets qui seront jugés dignes de susciter l’intérêt du candidat socialiste !

Après le choix de la clarté, qui arrive bien tard, j’invite Christophe Clergeau à faire désormais le choix de l’efficacité et de l’autorité.

Le choix de l’efficacité, c’est de plaider pour un aéroport vraiment utile à toute la région, et qui soit donc connecté à tous les territoires, via notamment de nouveaux franchissements de la Loire. Aujourd’hui rien n’avance, ni en aval ni en amont du pont de Cheviré. Et pourtant des solutions existent, comme le prouve l’avis du CESER rendu en octobre 2010. Mais il faut une volonté politique, et ni la région ni la métropole nantaise n’ont voulu faire avancer ce dossier pourtant essentiel au désengorgement de Nantes et au développement des Pays de la Loire.

Le choix de l’autorité, c’est d’exiger de l’Etat qu’il procède à l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes dès le 17 juillet, si les recours sont rejetés. Mais le choix de l’autorité, ce sera aussi, pour Christophe Clergeau, d’exiger que ses alliés Verts, au soir du premier tour, cessent de s’opposer à Notre-Dame-des-Landes et que cet engagement figure noir sur blanc dans le projet de la gauche.

La clarté, c’est bien durant les élections, mais c’est encore mieux dans l’action !

Bruno Retailleau