#NDDL : Un rassemblement dérisoire face au OUI des 270 000 citoyens.

12000 à 13000 personnes selon la Préfecture, 40.000 selon les organisateurs se sont rassemblées aujourd’hui à Notre Dame des Landes contre le transfert d’aéroport. Il s’agit d’un baroud d’honneur d’opposants venus pour beaucoup d’autres régions. Que pèsent-ils face aux 269.000 personnes qui ont voté oui au transfert le 26 juin dernier représentant 55% des votes ?

Pour le Syndicat Mixte regroupant les collectivités soutenant ce projet : « ce rassemblement qui mobilise 2 fois moins qu’en début d’année est clairement un essoufflement des opposants car la plupart de nos concitoyens sont des démocrates et tiennent au respect du vote du 26 juin ».

Après 156 décisions de justice, toutes favorables à ce transfert, et le soutien depuis 15 ans de 3 Présidents de la République, 6 Premiers ministre et 22 collectivités locales quelques soient les alternances politiques, plus rien ne s’oppose au démarrage des travaux et à l’évacuation de la ZAD squattée en toute illégalité par 200 à 300 zadistes alors que 95% des occupants historiques ont vendu leurs terres à l’amiable où ont accepté les conditions de départ. Seuls 12 occupants sur 260 dont 4 agriculteurs sur 40 concernés au départ refusent la relocalisation qui leur est proposée.
Devant cet essoufflement et fort de la légitimité démocratique confortée par le vote du 26 juin, les élus du Syndicat Mixte « appellent désormais le gouvernement à faire cesser l’occupation illégale afin de permettre le début travaux conformément aux engagements du Président de la République et du Premier ministre ».

Pour Bruno Retailleau, Président du Syndicat Mixte Aéroportuaire : « quelques milliers de personnes qui refusent les décisions démocratiques, judiciaires et consultatives ne peuvent pas faire barrage au choix des citoyens directement concernés. Il est grand temps que ce territoire perdu de la République soit libéré par l’Etat et j’appelle dès à présent le Président de la République et le Premier ministre à tenir leurs engagements. Ils auront le soutien massif de la population. Encore faudrait-il que la décision intervienne rapidement car l’aéroport de Nantes qui a connu 135 jours de saturation et refusé 250 vols l’an dernier annonce encore cette année une croissance de plus 6%, supérieure à tous les aéroports français, ce qui rend le transfert désormais urgent ».