Réfugiés : le PS et le FN se font la courte échelle

Pascal Gannat se jette sur la crise des réfugiés pour se faire un peu de publicité. C’est minable. Je n’ai aucune leçon à recevoir de Monsieur Gannat, que je n’ai pas attendu pour m’engager fortement sur ce sujet. 

Il est évident que la France a des moyens d’accueil très limités, et que les migrants économiques qui profitent de la situation doivent être reconduits. Ne créons pas un appel d’air incontrôlable. Mais la meilleure façon d’empêcher que nous soyons débordés, c’est d’aider les populations à rester chez elles. Et d’ouvrir des centres de rétention hors de l’Europe pour vérifier qui relève du droit d’asile et qui n’en relève pas.

Malheureusement, je n’ai pas entendu Pascal Gannat lorsque j’ai proposé que des familles ligériennes parrainent des familles irakiennes pour leur éviter l’exil. Pire : le Front National m’a reproché d’avoir versé une subvention aux réfugiés du Kurdistan irakien, ce qui contribue pourtant à leur survie dans leur pays d’origine. Quelle contradiction !

Mais comme à son habitude, le Front National concentre ses tirs sur la droite et le centre, pour faire la courte échelle au PS. Comme lors de la dernière présidentielle, où jamais François Hollande n’aurait été élu si Marine Le Pen avait appelé à faire battre la gauche au deuxième tour.
Bruno RETAILLEAU