Rencontre avec le 1er Ministre, B. RETAILLEAU satisfait mais vigilant sur les engagements.

« J’ai été reçu ce matin par le Premier Ministre pour évoquer mes priorités  pour la région. J’ai fait part à Manuel Valls de quatre demandes essentielles pour assurer la compétitivité et l’attractivité des Pays de la Loire.

  • Une action ferme et concrète de l’État pour permettre le lancement des travaux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, comme le souhaitent l’ensemble des collectivités locales concernées, et notamment Nantes Métropole et le Conseil départemental de Loire-Atlantique. J’ai demandé au Premier Ministre que l’État fasse respecter le droit et les décisions de justice en mettant fin aux occupations illégales de terrain. Notre Dame des Landes est une grande cause, non seulement pour notre région mais aussi pour l’ensemble du grand ouest. Mais c’est aussi un symbole national. Sur ce dossier, le Gouvernement a l’ occasion de prouver sa capacité à répondre aux grandes attentes de nos concitoyens : l’emploi, le respect de l’État de droit et la sécurité. Les entreprises qui subissent la crise et les populations qui subissent la violence des zadistes exigent que l’État agisse vite et fort. Manuel Vals m’a redit sa volonté de lancer les travaux, en ayant conscience que le début du chantier passe par l’évacuation de la ZAD.
  • La mise en place d’un plan de relance de l’apprentissage, indispensable pour lutter contre le chômage des jeunes, dont la progression en Pays de la Loire est supérieure à la moyenne nationale. J’ai assuré à Manuel Valls que le Conseil régional serait aux avants postes sur ce sujet, avec dès le printemps prochain un Grenelle régional de l’apprentissage qui débouchera sur des mesures concrètes. Mais j’ai dit également à Manuel Valls que l’État devait aussi prendre ses responsabilités : les entreprises ligériennes ont moins de besoin de subventions que de simplification pour pouvoir recruter et former facilement des apprentis. Il faut alléger et assouplir notre droit pour permettre à nos entreprises d’accueillir plus d’apprentis. Le Premier Ministre s’est montré réceptif à mes propositions.
  • Une renégociation rapide du contrat de Plan Etat Région, pour lequel les Pays de la Loire ont été particulièrement désavantagés, avec une aide par habitant qui est la plus faible de France. Manuel Valls va demander au Préfet de Région  de rouvrir les négociations avec le Conseil régional, sur trois sujets fondamentaux : la mobilité avec l’alternative à l’A 831, la fluidification de la ligne ferroviaire Nantes/Angers et la construction de nouveaux franchissements de la Loire. L’enseignement supérieur, avec une augmentation des crédits pour les établissements ligériens, qui ont été diminués par deux par le CPER signé par l’ancienne majorité. Le soutien à la ruralité a également été abordé, avec notamment des investissements plus conséquents pour développer la téléphonie mobile dans les zones isolées. Sur tous ces points, le Premier Ministre m’a répondu positivement, en mandatant le Préfet de Région pour renégocier le CPER dans les prochaines semaines.
  • Un soutien d’urgence à l’agriculture, qui vit une crise économique, sociale et morale sans précédent. J’ai demandé au Premier Ministre qu’il s’assure que des solutions soient mises en œuvre pour accélérer le paiement des aides agricoles, afin de ne pas déstabiliser des trésoreries d’exploitations déjà très fragiles pour la plupart, comme ce fut le cas l’an dernier. La Région est prête à s’engager en ce sens auprès de l’État pour, sans plus attendre, soulager concrètement les agriculteurs en difficultés.

Cette réunion de travail s’est déroulée dans un climat constructif. J’ai trouvé le Premier Ministre très attentif aux besoins des Ligériens.  Je serai très vigilant dans les semaines qui viennent pour que ces engagements soient suivis d’effet et que la voix des Pays de la Loire soit entendue au sommet de l’État. » déclare Bruno Retailleau, Président de la Région des Pays de la Loire.