Révision du Pacte actionnarial #STXFrance : je me réjouis de cette décision

Le Président de la République, Emmanuel MACRON, a annoncé lors de sa venue aux Chantiers navals de Saint-Nazaire, le 31 mai dernier, qu’un nouveau tour de table destiné à revoir le Pacte actionnarial de STX France, décidé par l’ancien Gouvernement, serait organisé.

Je me réjouis de cette décision qui va dans le droit fil de la lettre ouverte que j’avais adressée au Président de la République en début de semaine et qui incitait l’Etat à réouvrir ce dossier afin que nos emplois et nos activités stratégiques de construction navale ne dépendent pas, demain, d’un autre pays, certes partenaire mais néanmoins concurrent.

J’ai été amené, en effet, à demander à l’Etat de revenir sur ce pacte d’actionnaires qui concédait, de fait, la majorité du capital à un bloc italien composé du groupe FINCANTIERI, certes minoritaire à 48% mais allié à une fondation italienne détentrice de 7% du capital, que j’ai toujours considéré comme « un faux-nez » de FINCANTIERI.

J’ai indiqué, aux représentants de l’ensemble des organisations syndicales de STX France, que j’ai reçus le 1er juin dernier et qui m’ont fait part de leur identité de vue sur la nécessaire réorganisation du capital, que le Président de la République s’était engagé à ce que la Région des Pays de la Loire soit étroitement associée aux négociations relatives à la mise sur pied d’un nouveau pacte actionnarial.

Je leur ai confirmé que je serai particulièrement vigilant sur la nature des engagements que pourraient être amenés à prendre les futurs actionnaires de STX France, que ce soit en matière de stratégie industrielle, de création d’emplois et d’investissements, comme de préservation de l’identité et de l’autonomie des Chantiers navals de Saint-Nazaire.

Bruno RETAILLEAU