STX : Bruno Retailleau appelle le gouvernement à rester ferme dans la poursuite des négociations

Le Gouvernement Français s’est donné jusqu’au 27 septembre prochain, date du sommet Franco-Italien, pour trouver un accord permettant d’établir les bases de la future gouvernance des chantiers STX alors même que le Ministre de l’Économie Italien, Pier Carlo PADOAN, vient de réaffirmer la volonté de son pays, via Fincantieri, de demeurer majoritaire.

J’appelle donc le Gouvernement Français, dans la poursuite de ces négociations, à demeurer ferme pour garantir les intérêts stratégiques et économiques de notre pays et à résister aux pressions de l’Italie, ce qui implique que le groupe Fincantieri ne dispose pas de la majorité du capital.

Je demande également que le pacte d’actionnaires, qui découlera de ces négociations, puisse intégrer de solides garde-fous destinés à sécuriser l’emploi et le savoir-faire des chantiers de Saint- Nazaire, comme ceux de ses sous-traitants, à rendre impossible contractuellement les délocalisations de commandes et à préserver l’autonomie des chantiers navals en matière commerciale et de R & D.

Je renouvelle, enfin, la demande que j’avais formulée, en présence de plusieurs chefs d’entreprises de notre région, le 1er août dernier auprès du Ministre de l’Économie Bruno LE MAIRE, pour que non seulement les salariés de STX, mais aussi les entreprises ligériennes, pour l’essentiel coréalisatrices des chantiers de Saint-Nazaire, puissent intégrer le tour de table et participer pour une part minoritaire au capital de STX France.

Ce serait un signal fort pour les 7.000 emplois, directs et indirects, des chantiers de Saint- Nazaire comme pour l’ensemble du tissu économique de notre territoire.

Bruno RETAILLEAU, Président du Conseil régional des Pays de la Loire