STX : Je demande au Gouvernement de résister aux pressions de l’Italie pour garantir les intérêts français et les emplois ligériens

Dans le dossier STX, j’ai toujours indiqué que Fincantieri ne pouvait avoir la majorité du capital, et c’est pourquoi j’avais dénoncé le faux nez que constituait l’arrivée au tour de table de la fondation italienne Trieste.

C’est à ma demande qu’une fois élu, Emmanuel Macron a accepté de revoir le projet de cession de STX, pour garantir les intérêts stratégiques français et le développement économique des Pays de la Loire. Je demande donc au gouvernement de résister aux pressions de l’Italie, et de faire jouer le droit de préemption de l’Etat français si les Italiens s’obstinent.

Cette décision nous donnerait du temps pour créer une solution qui garantisse nos intérêts et nos emplois avec, comme je l’ai proposé au Président de la République, l’entrée au capital d’un pool d’une vingtaine d’entreprises ligériennes qui sont prêtes à s’engager, mais aussi des salariés voire de la Région elle-même.

Bruno RETAILLEAU, Président du Conseil régional des Pays de la Loire