Voeux d’Emmanuel Macron : un festival de vœux pieux

Ces premiers vœux d’Emmanuel Macron étaient d’abord un festival de vœux pieux. Beaucoup de grandes déclarations d’intentions mais aucune annonce concrète. Difficile donc de contester ce concert de platitudes. Où sont les vrais sujets : chômage, insécurité…

Je veux dire à Emmanuel Macron que faire c’est bien, à condition de faire bien. Pour l’instant, je ne vois pas dans les réformes ce grand élan qui permettra à la France de se réformer en profondeur et donc de se redresser, notamment sur le plan économique où le matraquage fiscal et l’augmentation de la dette publique vont continuer de plomber notre compétitivité.

Sur l’Europe, Emmanuel Macron a tort de chercher à diviser les Français en qualifiant de nationalistes et de sceptiques ceux qui ne partagent pas sa vision européenne. Cette tactique politicienne qui crée du clivage pour préparer les élections européennes n’est pas à la hauteur du sujet. La question, c’est de savoir comment l’Europe peut être plus utile et plus efficace. Le fédéralisme défendu par Emmanuel Macron a déjà échoué. Avant de plaider pour une souveraineté ou une citoyenneté européenne, le rôle du President de la république française est d’abord de renforcer la souveraineté et la citoyenneté française. C’est la Force des nations qui rendra l’Europe forte.